A l’ensemble des salariés Newrest W.L.

INTERSYNDICALE
Profitant des lois Macron inspirées par le MEDEF, Newrest WL veut non seulement appliquer les ordonnances de façon restrictive mais en profite pour réduire le droit syndical dans sa partie extra légale.
Lorsque l’on sait les propositions et projets de la direction, on n’est pas étonné de sa volonté de briser la représentation du personnel.

Rappelons en quelques uns:
-Le refus d’adhérer à un syndicat patronal du transport (UTP) afin d’appliquer la convention collective de la branche ferroviaire,
-Les conditions de travail, les convocations abusives, la politique RH déplorable
-Administratif : harcèlement moral, ruptures conventionnelles forcées, départs non remplacés impliquant une surcharge de travail.
-1% d’augmentation de salaire alors que Newrest WL dispose d’un contrat en or et que les cadres dirigeants se remplissent les poches (Parts variables de 4000 à 26000 €),
-L’arnaque sur la prime de participation: nous demandons à ce qu’elle soit restituée aux salariés.
-La volonté de supprimer les repos afférents aux jours fériés, payés sur la base de JA inéquitables.
-La proposition de ne plus respecter le repos obligatoire après 9h45 d’amplitude,
-Une polyvalence accrue à bord des trains,
-La diminution des PS et FS.
-La pression exercée sur les agents Trains de Nuit de Nice pour partir en départ négocié afin de se dédouaner d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi,
-Etc., etc…
Le projet d’accord sur le droit syndical prévoit entre autre:

-En cas de situation perturbée, la possibilité dès le premier jour, sans l’accord des agents, de modifier leur planning, en restant dans l’amplitude initialement prévue.

-La suppression des permanents C.E conduisant à la suppression progressive de la gestion des activités sociales, le bureau du C.E ne pouvant plus être ouvert

-La suppression d’un tiers des demi-permanents syndicaux, réduisant les compétences des syndicats pour négocier la convention collective, les évolutions de nos métiers et de nos conditions de travail et de notre statut.

-Le minimum de Représentants de Proximité (ex délégués du personnel) dont les interventions se feraient par échange de mail et non plus au sein d’une réunion.

Rien concernant la sécurité et conditions de travail. Ces responsabilités seraient attribuées aux Représentants de Proximité dans les conditions citées plus haut.

Cette attaque n’est que le début d’un plan plus ambitieux visant à modifier en profondeur nos métiers et nos conditions de travail

GREVE SUR TOUTE LA FRANCE LE 30 MARS 2018

Tract intersyndicale greve du 30 mars 2018

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *